Aller au contenu
soutenir

Gasparini : Atalia

L’Atalia de Francesco Gasparini renaît au Château de Versailles : c’est un chef-d’œuvre oublié, un oratorio d’une grande intensité dramatique à la musique flamboyante, mais c’est aussi le premier oratorio inspiré d’une œuvre littéraire française, Athalie de Racine. L’œuvre du génial tragédien français fut en effet créée un an plus tôt, en 1691, au collège de Saint-Cyr près de Paris. À Rome, les élèves des collèges religieux avaient aussi l’habitude de donner ses œuvres : ainsi, on représenta une version de cette histoire sacrée, en italien, au Collegio Clementino, en 1692. C’est Gasparini qui écrivit la musique, fameux élève de Corelli, et bientôt Maestro di Coro de l’Ospedale de la Pietà à Venise, où officia Vivaldi. 

L’argument en est le suivant : Atalia, reine usurpatrice et paranoïaque qui a abandonné la religion, redoute un soulèvement de son peuple. Sa crainte de voir le trône lui échapper la fait sombrer dans une folie meurtrière : elle exige de son fidèle Ormonte qu’il exécute son plus hostile détracteur, le Sacerdote, le grand prêtre. Mais ce dernier, avec la complicité de la Nutrice, prépare en secret la chute inévitable de la tyranne. 

L’ensemble Hemiolia et Emmanuel Resche-Caserta, remarqués lors du concert Corelli : Trionfo Romano donné en 2021 au Grand Trianon, reviennent au château pour ressusciter ce chef-d’œuvre romain si lié au génie français.

 Concert produit en récréation mondiale le 10 juin 2023 par ROMA BAROCCA IN MUSICA – président Régis Nacfaire de Saint-Paulet, avec le généreux soutien de Aline Foriel-Destezet.

 

 

Avec le soutien exceptionnel de l’ADOR – les Amis de l’Opéra Royal