Aller au contenu
soutenir

Recital Samuel Marino

PROGRAMME

Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
Saeviat tellus inter rigores HWV 240

Antonio Vivaldi (1668-1741)
Concerto en do mineur RV 120 : 1er et 2e mouvements 
Il Giustino
RV 717 : « Vedro con mio diletto » (Anastasio)

Georg Friedrich Haendel
Arminio HWV 36 : « Quella fiamma »

Antonio Vivaldi
Sinfonia al Santo sepolcro en si mineur RV 169 : Adagio

Alessandro Scarlatti (1660-1725) 
Il Sedecia, re di Gerusalemme : « Caldo sangue » (Ismaele)

Antonio Vivaldi
Sinfonia al Santo sepolcro en si mineur RV 169 : Allegro ma poco
La fida ninfa : « Dite, Oimè ! Ditelo, Al Fine » (Morasto)

Johann Adolf Hasse (1699-1783)
Marc’Antonio e Cleopatra : « Morte col fiero aspetto » (Cleopatra)

Heinrich Ignaz Franz Biber (1644-1704) 
Battalia

Christoph Willibald Gluck (1714-1787)
La festa d’Apollo (Atto d’Orfeo) : « Che faro senza Euridice » (Orfeo)

Georg Friedrich Haendel
Atalanta : « Non sarà poco » (Meleagro) 

 


Et si ce/cette « sopranista » devenait un phénomène mondial ? Avec deux CDs enregistrés à Versailles et deux pages dans le New York Times, Samuel Mariño a conquis ses lettres de noblesse auprès des mélomanes et des fans du temps mythique des castrats.

Voix ductile et naturellement aiguë de sopraniste, il se présente en icône du chant glamour, avec un petit côté défilé de mode peut-être ? 

Pour une tournée qui le mènera de Gstaad à Madrid en passant par Las Palmas, Lisbonne et Versailles bien-sûr, le sopraniste a choisi un programme feu d’artifice : Haendel (extraits de Giustino, Atalanta, Arminio) mais aussi Vivaldi, Gluck et Hasse feront déployer toute la palette vocale de ce chanteur à son firmament. 

L’Orchestre de l’Opéra Royal de Versailles porte Samuel Mariño dans des œuvres exubérantes et déchirantes du répertoire baroque, sous la direction de Stefan Plewniak : attention talent fashion !

Les Productions de l’Opéra Royal